Ambra Fiorenza: Le récit backstage de la vidéo

Fin du mois de novembre, nous venons tout juste d’être payé et j’en profite pour m’accorder une virée shopping, la seule du mois. Fin d’année 2014, niveau budget, c’était tendu. J’attendais avec impatience la seule journée shopping du mois que je pouvais m’autoriser.

Levée tôt le samedi matin, je profite des magasins encore vides pour apprécier ce moment privilégier. Quand soudain, à peine 10h et perdue dans le rayon chaussettes, je reçois un appel « Hey ça va? Dis t’es dispo là ? Une mannequin a mis un plan à la créatrice, tu penses tu pourrais venir nous dépanner ?« .

Ca, c’était Mélanie, française sur Berlin qui participe à de nombreux shooting et défilés mode. En participant au défilé de la Berlin Alternative Fashion Week elle a fait la rencontre d’Ambra Fiorenza, créatrice d’origine italienne installée à Berlin. Ce matin, elle était sur les lieux du shooting depuis 9h et il semblerait qu’elle ai pensé à moi pour sauver le shoot.

Bon. Allez, ça à l’air fun. J’y vais.

Ambra Fiorenza - Le récit backstage de la vidéo

12h, je rejoins la petite équipe de maquilleuses et réalisateurs puis fait la rencontre d’Ambra, la créatrice, qui me remercie de venir à la dernière minute. On me cale direct au maquillage et on me demande d’enfiler avant la tenue du shooting.

Pendant qu’on m’applique le fond de teint, une autre maquilleuse me fait les ongles. Mon thé est prêt et fume à côté de moi. J’ai une main libre et le visage entre les mains de la maquilleuse 1. Je fais comment ? « Dis, tu as faim ? Tu veux un Kinder Country ? » Ah bah volontiers.

A peines mes ongles finis, je profite de chaque seconde que la maquilleuse 1 prend pour re-poudrer son pinceau pour boire une gorgée du thé. Ca fait pas de mal, je t’avoue, car dehors, il fait -3 degrés.

Le maquillage enfin fini, on me ramène sur le lieux du shoot. Nous sommes dans un des grands bâtiments sur la Karl Marx Allee dont le dernier étage est un bar huppé avec vue sur la ville. Ce matin, les locaux nous sont ouverts.

Ambra Fiorenza - Le récit backstage de la vidéo

On me demande alors de m’installer avec la mannequin 2, une jeune hollandaise, la muse d’Ambra. Un jeune homme est là aussi, je comprends plus tard qu’il est en couple avec l’autre modèle.

On nous enfile un voile au dessus et je vois la photographe s’attarder sur nos visages. La photographe ? Une jeune femme d’origine polonaise venue avec son compagnon qui participe aussi à la réalisation de la campagne.

« Annaïs ! NON! Pas de sourire. » « Annaïs, pourrais-tu avoir l’air plus blasé ? » Oui, oui, bien entendu. Je n’ai pas l’habitude de travailler avec des photographes professionnels mais je trouve quand même qu’elle met vachement de temps à faire les mises au point pour les photos.

On nous libère enfin, je raconte à Mélanie mon expérience. Elle rigole « Ah mais non Annaïs, ce ne sont pas des photos, on tourne un film ! » On me dit rien aussi ! Du coup, elle prend le temps de m’expliquer le concept. Car il y en a un, vous allez voir.

Ambra Fiorenza - Le récit backstage de la vidéo

Pour la vidéo, la jeune femme blonde et le garçon sont en couple. Mais la femme blonde est un fantôme. Deux zombies (mannequin 2 et moi-même) courrons après le jeune homme mais la femme blonde nous en empêche. A la fin, la femme blonde et l’homme repartent enfin ensemble.

Après avoir fini les séances vidéos dans le bar, on nous demande de tout ramasser et re descendre dans le bureau d’Ambra, situé un étage en dessous.

On nous laisse un peu de temps pour nous changer et enfiler une autre tenue car à présent, nous devons aller en extérieur tourner les prochaines scènes. Avez-vous suivi ? Il fait -3 degrés dehors.

Pire, il y a un vent très froid. Ressenti -9 degrés. A la base, moi je voulais juste faire du shopping tôt le matin.

Ambra Fiorenza - Le récit backstage de la vidéo

Tour à tour, on nous emmène sur le lieux où la scène extérieur est filmé. En attendant, on se réfugie dans un bar bulgare tout près afin de prendre une boisson chaude. Au menu, des grogs. C’est parti.

Pendant 3 heures, le patron du bar nous voit aller et venir, nous changer et grelotter. Nos tenues et nos maquillages l’amusent et de bon coeur, il décide de préparer un bon grog bien de chez lui, une de ses recettes familiales.

A 16h, il fait nuit noir, on arrête le tournage. On est bien pompette. Froid ou alcool ? On a choisi.

Ambra Fiorenza - Le récit backstage de la vidéo

Depuis fin novembre j’attendais donc de voir cette vidéo, celle où j’arrive comme un cheveux sur la soupe et où je fini pété, à 16h de l’après midi dans un bar bulgare, maquillée comme un zombie mais portant des vêtements de créateurs. Sans avoir la moindre idée de ce que je faisais vraiment. Puis j’ai déglingué tous les Kinder Country.

Non franchement, Annaïs Bon Cheap Bon Genre, mieux vaut la garder derrière la vidéo… !

Et enfin, la fameuse vidéo !

Dernier commentaire
  1. helloleo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *