Carine Roitfeld, l’ancienne rédactrice en Vogue…

L’ancienne rédactrice de Vogue France fait parler d’elle cette semaine avec l’annonce du lancement de son propre magazine CR Fashion book prévu pour septembre prochain. De nombreuses rumeurs circulaient sur sa reconversion post-Vogue et quand on voit tous les projets qu’elle mène toujours à l’âge de 57 ans, on comprend mieux qu’elle type de femme est Carine Roitfeld, une sacré (fashion) business woman…

 CR Fashion book

Je n’avais que vaguement entendu parler de cette femme avant de me plonger dans le web pour tout savoir sur Carine Roitfeld et je ne suis pas déçue. J’avais tout d’abord entendu parler d’elle quand elle quitta la direction de Vogue France fin 2010 début 2011 car je m’étais lancée dans l’aventure du blog mode, mais n’étant pas une grande fan de ce magazine, l’info m’était complètement passé au dessus. Néanmoins, ce départ m’avait étonnée et marquée… Mais j’y reviendrais plus tard.

Beaucoup de gens ce sont donc demandé ce que cette femme au tempérament de feu allait faire ensuite, des rumeurs ont couru plus vite que la musique l’inventant même au lancement de sa propre marque de vêtement. Erreur de jugement car écrivain et consultante d’origine, c’est à la presse écrite que la française se lance corps et âme avec le lancement de son propre magazine nommée CR Fashion Book édité chez Fashion Media Group. Vous aurez comprit que CR n’était autre que ses initiales, certains trouveront ce titre narcissique, d’autres sobre, et comme elle le confie aux journalistes “The name’s not a big surprise, but oh well,”.

Qu’importe l’important sera le contenu. Justement, comme tous les magazines édités chez Fashion Media Group (Visionnaire, Vmagazine, Vman) il sera accentué sur les photographies. Et comme la rédactrice est connu pour son passé décalé et son travail dans l’ère « porno chic » on peut s’attendre à beaucoup d’image de nue, comme les premières images de son magazine révélé au journal WWD peuvent d’ors et déjà le confirmer.

Le magazine sera composé de 288 pages dont 100 de pubs et se voudra être une « célébration de la mode et de la créativité » comme Carine le décrit. On y trouvera surtout des pages mode, d’art et de culture, qui à l’origine, sont tous liés entre eux. Les articles seront signés de différents contributeurs, célèbres comme débutants dans leurs langues maternelles avec une traduction en anglais pour les non polyglottes. Carine voit donc grand en proposant un magazine à l’édition international. En revanche, édité à 50 000 exemplaires dont la moitié sera adressée à l’Europe et l’autre séparée entre l’Amérique et l’Asie, tout le monde ne pourra pas se procurer le magazine bi-annuel vendu à 9,95$.

Des grands noms sont déjà associés au magazine comme Armani, Gucci, Cartier et d’autres comme Mario Testino ont dû décliner l’offre lié à des contrats d’exclusivité avec d’autres magazines.

Le rédaction basée à New York lancera donc en septembre prochain le premier numéro axé sur la re-naissance. Le numéro de septembre est important dans la presse écrite de la mode, et comme le dit Anna Wintour, rédactrice en chef de Vogue Amercia depuis 1988, « September is the January of fashion ».

Carine Roitfeld voit ici un projet personnel aboutir et explique que CR Fashion Book est le résultat de ses acquis et connaissances personnelles dans la mode suite à son parcours, un projet reflétant sa maturité dans le milieu et un souhait de toujours innover. Elle explique même : “I find that some people in fashion are so blasé. Fashion has to be fun.”

De mannequin à la tête de Vogue France

Comment à 57 ans peut-on devenir rédactrice en chef de son propre magazine encore en projet mais qui fait déjà des émules sur la grande planète mode ? Probablement en commençant à s’investir dès l’âge de 18 ans comme mannequin, puis en devenant styliste pour Elle France et consultante pour d’autres magazines et designers en passe de devenir de grands noms de la mode comme Tom Ford ou devenant la muse de Gucci ou Yves Saint Laurent, par exemple.

Carine Roitfeld a donc toujours été impliquée dans le monde de la mode et à même pu donner ses conseils de consultante au grand departement store New-Yorkais Barney’s, mais aussi travailler aux côté des plus grands comme Karl Lagerfeld. D’ailleurs, on peut la retrouver de nouveau à son bras pour la réalisation de l’ouvrage « la petite veste Chanel » mettant en scène des grands acteurs de la sphère mode du monde entier portant de façon différente la célèbre veste de la grande maison de couture française.

Si bien qu’en 2008, elle fait partie des 100 personnalités les plus influentes du monde selon le classement du magazine américain Times.

Son parcours mode se focus principalement sur sa position de rédactrice en chef de Vogue France commençant en 2001. Son arrivée ne fut pas sans inquiétudes tant notre frenchy s’était fait connaître pour son côté décalé et son implication dans le porno chic, loin donc du ultra chic de la ligne éditoriale du magazine. Pourtant, pendant ses 10 années de règne au royaume de la presse écrite, elle a su montrer son talent et professionnalisme.

Et voilà que le 17 décembre 2010, un communiqué de presse tombe annonçant son départ à la tête de Vogue pour, selon les dires officiaux, se consacrer à des projets plus personnels. Voilà comment fin 2010 et novice dans la sphère mode, j’ai commencé à me poser des questions sur ce départ. Comment peut-on partir d’un tel poste comme ça ? Pour moi et encore aujourd’hui d’autant plus après avoir dressé un portrait de Carine Roitfeld, il est évident qu’il s’agit d’un conflit d’intérêt et que plutôt accepter les règles de la direction internationale de Vogue, elle préféra claquer la porte tête haute. Pour info, wikipedia.fr propose un semblant de réponse, mais étant une source wiki, je préfère ne pas m’avancer…

Le 31 Janvier 2011 Carine Roitfeld quitte Vogue France et laisse sa place à Emmanuelle Alt.

 Carine Roitfeld se dessine un autre avenir dans la mode

C’est donc avec beaucoup d’impatience que la planète mode attend l’arrivée en kiosque de CR Fashion book a qui on souhaite une belle vie.  Pour autant, la business woman ne s’arrête pas là et s’associe avec la marque américaine de cosmétiques MAC pour le lancement d’une collection limitée de 20 produits pour les yeux prévue pour septembre prochain. Non contente d’être une rédactrice choc et chic, elle gère aussi tout la partie design et marketing de cette collaboration en s’investissant à 100% dans le lancement, du nom du produit jusqu’au design des packagins. Et pour illustrer la campagne, ce n’est autre que le photographe Mario Sorrenti qui shoota madame Roitfeld afin que celle-ci s’affiche comme égérie de la marque pour la prochaine saison.

La classe à Dallas.

J’aime lire ce type de parcours et parler de femmes qui savent ou elles vont et n’ont pas peur de réaliser leurs projets, croire en leur idées et savoir dire non quand elle ne sont plus d’accord, quitte à claquer la porte au nez au plus grand magazine mode au monde. Je vois aussi une femme qui aime ce qu’elle fait et n’a pas peur de se lancer dans un grand projet à l’aube de la retraite pour la plupart des français. C’est aussi une belle preuve de ce que disait Confucius «choisissez un travail que vous aimez, et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie. »

Pour cela, j’ai aussi hâte de voir l’arrivée de ce magazine, y jeter un œil et connaître le point de vue des autres acteurs de la mode. Enfin du Fun Fashion dans la presse écrite ?


Dernier commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *