Acteur, chanteur et accessoirement fashion designers : Les stars à la mode.

Un récent article sur la collection de chaussures créee par la chanteuse britannique Cheryl Cole m’a interpellé sur ce penchant des célébrités en doute sur leurs carrières qui se lancent dans la mode. Collections capsules, éditions limitées, couturiers d’un jour ou ayant leur propre marque de vêtement, les célébrités, chanteurs, acteurs ou frimeurs de la télé réalité aime se lancer dans un autre domaine très populaire, celui du prêt à porter.

Ces stars à la mode (de chez nous)

L’entrée en matière de cet article me vient donc de la lecture d’un papier sur la collection de chaussures signée par Cheryl Cole pop star britannique à la carrière plus ou moins en stand-by depuis que le méchant Simon Cowell l’a dégagé de la version américain de X-factor et que dans son pays d’origine, on ne voulait plus d’elle. Un ex-mari footballeur qui ne sait pas ce qu’il veut, un toyboy trop mignon mais trop gentil et pas de projet de musique, et tant mieux, en perspective. Tiens, et si je faisais des chaussures ?

La création textile et accessoire est-elle une façon pour les célébrités en manque de souffle dans leur carrière artistique de se renouveler et toucher un autre public ? Peut-être, Miss Cole n’est pas la première, les artistes américains sont les rois en la matière.

Pourquoi les célébrités se lancent-elles dans le grand monde du textile alors que le destin les avait dirigé sur une autre voix artistique, principalement de la musique ? Une envie de partager leurs propres styles, se découvrir, ajouter une nouvelle pratique artistique à leur CV ou voler la place des mannequins ?

De l’écriture à la couture…

Beyonce, Gwen Stefani, Madonna, Elle Macpherson, Puff Daddy mais aussi Pharell William ou encore 50 cents sont aussi passé par la case boîte à couture.

Tous avec un succès différent, et dans le domaine des célébrités qui sont passé au fil à coudre, la pop star peroxydée texane (oui, ça fait beaucoup) Jessica Simpson est la reine. Cette année, sa marque éponyme de vêtement s’approche du milliard de dollars de chiffre d’affaire. Pourtant, sa vie de chanteuse, son émission de télé réalité avec l’ex chanteur des N-Sync, Nick Lachey, son divorce, ses flasques médiatiques, tous ces déboires ont laissé douter que l’ingénue pouvait être à la tête d’un empire textile à la hauteur d’un milliard de dollars. Avec sa maman, elles dessinent et créent des vêtements et accessoires plus ou moins abordables et dont les produits phares restent les talons hauts, plateformes et compensés, parce que Jessica Simpson aime voir les choses de hauts, sur des talons vertigineux. Ou tout simplement, parce qu’elle est toute petite…
Son site

Une idée un peu loufoque sachant que la chanteuse n’avait pas un look particulièrement original mais plutôt singulier contrairement à ses compatriotes Beyoncé et Gwen Stefani qui elles aussi ont lancé leurs propres marques de vêtements, respectivement, House of Dereon et L.A.M.B.

Beyoncé, avec sa mère, aussi, qui confectionnait certains des tenues de scènes du groupe Destiny’s Child, ont lancés en 2005 leur marque au nom de la grand-mère maternelle, Agnèz Dereon. Un succès franc qui reflète la personnalité de Beyoncé, sexy, sauvage, féminin, exotique, rétro… Et parce qu’elle le vaut bien, Beyoncé montre ses vêtements dans ses clips et en parle dans ses chansons : Dans Single ladies, on peut l’entendre dire «I got gloss on my lips, men on my hips, got me tighter in my Dereon jeans. » et voir ce fameux jean Dereon dans le clip « Irreplacable ».

La chanteuse se fait remarquer aussi en proposant pour le téléthon 2011 une vente exceptionnelle des produits de la marque sur le site de démarquage Brandalley, les bénéfices allant directement à l’évènement caritatifs.

House of dereon

Gwen Stefani s’est aussi illustrée avec deux marques, L.A.M.B. et Harajuku Lovers, inspirées par ses voyages au Japon et dont l’ambiance est plus kawaï que rock indie. Quand à L.A.M.B. sa marque créée en 2004, elle en parle aussi dans ses chansons en évoquant le slogan, « I want you all over me like L.A.M.B. » (Love, Angel, Music, Baby) que l’on peut aussi entendre dans Wind it up… Et comme pour Beyoncé, Maman Stefani faisait de la création textile pour sa fille et a bien participé au lancement des marques de sa fille au look très singulier, cette fois.

Les sœurs Kardashians (DASH), Nicky Hilton, Nicole Richie (House of Harlow 1960), les jumelles Olsen (the Row), une belle trimbalée de stars pensant apporter leur touche personnelle au milieu très fermé et pourtant très répandue de la mode…

Les collections capsules

On a pu les voir très, voire trop souvent, comme égérie de saison pour de grandes marques ou de maisons haute couture, mais de là à passer de l’autre côté du dé à coudre, il fallait oser.

Parce que si elles n’osent pas se lancer à pied joint dans la grande marre de l’industrie textile, les célébrités peuvent toutefois jouer de leur notoriété pour booster les ventes d’une marque qu’elles aiment en signant des collections capsules, éditions spéciales, histoire de faire style on joue dans la garde de robe des grandes sans vraiment se mouiller.

C’est d’ailleurs souvent en commençant ainsi, par des collections spéciales que certaines finissent par se lancer pour de bon avec leur propre marque, comme nous l’a montré Avril Lavigne avec Abbey Dawn, Victoria Beckham chez Rock and Republic.

Ainsi, on a peu voir la chanteuse peroxydée britannique Pixie Lott (décidément, les chanteuses peroxydées) proposer tous les ans une collection de robes ultra mini pour la marque Lipsy. Tout comme Cheryl Cole et ses chaussures chez Stylistpick.com. Ou Pete Doherty pour the Kooples, ou mieux encore Rihanna pour Armani et pire encore, les Plasticines pour Jennyfer. (Et encore pire, Loana chez La Halle!)

Et celles qui filent un mauvais coton…

Être une célébrité internationale n’apporte pas forcément le succès dans tous les domaines. Cette leçon, quelques stars américaines ont on fait les frais, et aurait peut-être dû s’en tenir qu’à des collections capsules. Ainsi, Sarah Jessica Parker, J-Lo ou encore Snoop (doggy) Dog aurait dû consulter à deux fois leurs business plan. Ou la jouer moins médiatique comme Justin Timberlake, Lindsay Lohan ou Fergie qui ont fait un bide mais sans le faire savoir au grand public. On a pu voir aussi Katy Perry lancer une collection de faux cils, et peut être bientôt verrons nous une star proposer des lentilles moins chères. Le crash le plus médiatisé reste celui de Kanye West qui continue d’exciter la presse mode avec ses défilés et ses collections. Pourtant, en septembre dernier, le petit prince du Hip Hop/RnB /Pop a su se présenter lors de fashion week de New York. Visiblement, le chanteur, musicalement comme professionnellement, continue de se chercher, et ses fans aussi.Il faut parfois emprunter des chemins bien long et et divers pour accéder au Grâal d’une renommée dans le monde de la mode. Être célèbre évidemment joue beaucoup, avoir du style aide énormément et savoir gérer un business semble être le clou final, d’après le résultat de mademoiselle Simpson…

PS: David Beckham lance sa gamme de slip chez H&M dans quelques jours…

Sans réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *